Panier  

Aucun produit

0,00 € Livraison
0,00 € Total

Panier Commander

Nos magasins

Nos magasins

Parapharmacie du triolet A sete

» Découvrez nos magasins!

Orl

sinuxin voies a&riennes et repiratoires 16 sachets

La formule de SINUXIN® est issue d’une sélection rigoureuse d’actifs d’origine naturelle puissants, élaborée selon 3 axes synergiques pour une action complète sur la sinusite : elle soulage les symptômes, traite l’infection et prévient leur apparition.

Plus de détails...

8,95 €

3525722016100

Disponibilité : En stock

Aucun point de fidélité pour ce produit.


INDICATIONS La formule de SINUXIN® est issue d’une sélection rigoureuse d’actifs d’origine naturelle puissants, élaborée selon 3 axes synergiques pour une action complète sur la sinusite : elle soulage les symptômes, traite l’infection et prévient leur apparition.

PRÉSENTATION GALÉNIQUE Etui de 16 sachets de 5 g.

INGRÉDIENTS Fructose ; poudre de jus de mangue (maltodextrine) ; bromélaïne (maltodextrine) ; extrait d’eucalyptus (maltodextrine) ; N acétyl L cystéine ; Extrait d’andrographis ; arôme mangue [sulfite] ; quercétine ; extrait de curcuma ; extrait de thym (maltodextrine) ; Extrait de pamplemousse (maltodextrine) ; extrait de pin (maltodextrine) ; extrait de saule (maltodextrine) ; édulcorant : sucralose ; extrait de radis noir (maltodextrine) ; Oxyde de magnésium ; Extrait de poivre noir.

PROPRIÉTÉS TRADITIONNELLEMENT RECONNUES DES PRINCIPAUX COMPOSANTS

• EXTRAIT DE CURCUMA Le curcuma ou Curcuma longa est une plante herbacée originaire d’Asie du Sud, de la même famille que le gingembre (son nom chinois, Jianghuang, signifie d’ailleurs « gingembre jaune »). Le curcuma est une des principales épices couramment utilisée dans la cuisine indienne. Il est traditionnellement reconnu pour agir comme un protecteur de la muqueuse gastrique : il prévient et traite ainsi les troubles gastriques. En médecine ayurvédique, le curcuma est reconnu pour lutter contre l’inflammation. Il permet notamment de traiter l’inflammation chronique. L’effet anti-inflammatoire de la curcumine est induit par sa capacité à inhiber la production de médiateurs pro-inflammatoires. En effet, la curcumine agit sur la cyclooxygénase (COX-2) ainsi que la 5-lipoxygénase (LOX-5), elle les inhibe. Ces enzymes sont responsables de la production de médiateurs lipidiques pro-inflammatoires. La curcumine empêche ainsi la production de prostaglandines, de leucotriènes et de thromboxanes. La curcumine agirait également sur les cytokines qui sont des protéines pro-inflammatoires.

• EXTRAIT DE POIVRE La pipérine est l’une des molécules que l’on retrouve dans les épices de la famille botanique des pipéracées, tel le poivre noir : Piper nigrum. Le poivre est fréquemment employé en médecine ayurvédique. Il permet d’augmenter la biodisponibilité des composés actifs. Lorsqu’on s’intéresse à la biodisponibilité de la curcumine chez l’homme, on constate qu’elle n’est pas particulièrement bien assimilée par l’organisme. Mais il a été découvert que l’ajout de pipérine à la curcumine permet une augmentation de l’assimilation de 20%. Lorsque la curcumine est associée à la pipérine, les chercheurs ont pu constater que les effets de la curcumine sont augmentés . La pipérine agit au niveau de l’intestin principalement. Elle va inhiber les enzymes responsables de l’élimination d’éléments chimiques indésirables, ce qui va augmenter l’assimilation des substances. En effet, elle va inhiber les cytochromes qui sont les enzymes responsables de l’élimination des molécules, en les métabolisant rapidement. Ainsi la curcumine ne va pas être dégradée juste après son absorption.

• LA BROMÉLAÏNE La bromélaïne fait partie des enzymes protéolytiques présentes dans l’ananas (Ananas comosum). Les enzymes protéolytiques ont la propriété de briser les liaisons peptidiques des protéines. La bromélaïne permet de mieux digérer les protéines lorsqu’elle est consommée lors d’un repas. La bromélaïne a été reconnue par la commission Européenne Allemande pour le traitement d’œdèmes postopératoires et post-traumatiques, particulièrement des sinus nasaux et para-nasaux. Cette enzyme pourrait aider à soulager les symptômes de la sinusite aiguë et chronique. Des experts estiment que les suppléments de bromélaïne peuvent être utiles comme traitement adjuvant grâce à leur activité antiinflammatoire. En 2005, une étude menée en Allemagne auprès de 116 enfants, âgés de 10 ans ou moins, atteints d’une sinusite aiguë, révélait que la prise de suppléments de bromélaïne accélère la guérison.
Au cours d’une étude d’observation menée en Allemagne et publiée en 2005, on a comparé l’effet de la bromélaïne seule, d’un traitement standard et d’un traitement combiné (bromélaïne et traitement standard). La durée respective des symptômes de la rhino sinusite aiguë a été de 6,6 jours, 7,9 jours et 9 jours. La Commission E allemande reconnaît l’usage de la bromélaïne pour traiter la sinusite. De plus, la bromélaïne est connue en Chine, en Amérique du Sud et Asie du Sud, pour posséder une activité anti-inflammatoire, antithrombotique et fibrinolytique.

• L’EXTRAIT D’ANDROGRAPHIS L’andrographis est une plante originaire d’Asie. Elle pousse dans de nombreux pays asiatiques tels que la Chine, l’Inde, la Thaïlande et le Sri Lanka. En médecine traditionnelle chinoise, l’andrographis est utilisée pour traiter les troubles gastro-intestinaux et les infections respiratoires. De nombreuses études ont été menées pour constater l’action de l’andrographis sur les infections respiratoires des voies supérieures. De même, une méta-analyse a été effectuée durant 5 ans. Les données collectées suggèrent que l’andrographis est plus efficace qu’un placebo pour soulager les symptômes associés aux infections des voies respiratoires supérieures. L’andrographis a également un effet dans la prévention. Un essai clinique avec placebo réalisé sur 185 personnes atteintes d’une infection des voies respiratoires supérieures (dont la sinusite) a conclu qu’un extrait d’andrographis (Kan Jang), pris durant 5 jours, atténue les symptômes liés à l’inflammation (congestion nasale, écoulements, etc.).

• L’EXTRAIT D’EUCALYPTUS L’Eucalyptus, de son nom botanique Eucalyptus globulus est cultivé dans toutes les régions à climat subtropical, méditerranéen ou tropical. Des études in vitro ou menées sur des animaux indiquent que l’eucalyptus possède des propriétés bactéricides, fongicides, antivirales et antimicrobiennes. La Commission E a approuvé l’usage des feuilles, par voie interne, d’ Eucalyptus globulus, pour traiter l’inflammation des voies respiratoires. L’eucalyptus a la propriété de diminuer la viscosité des sécrétions nasales et de tuer les bactéries (en particulier celles de type streptocoque, parfois en cause dans les cas de sinusite).

• L’EXTRAIT DE THYM L’huile essentielle de thym, riche en phénols, est douée de propriétés anti bactériennes et antifongiques facilement mises en évidence in vitro. En Europe, le thym compte encore parmi les plantes les plus fréquemment recommandées contre la toux et l’inflammation des voies respiratoires. Ainsi, la Commission E allemande reconnaît l’efficacité du thym pour le traitement des symptômes de l’inflammation des voies respiratoires.

• L’EXTRAIT DE PIN SYLVESTRE Le pin sylvestre (Pinus sylvestris) est un arbre de la famille des pinacées à l’écorce ocre-rouge qui pousse dans toute l’Europe et jusqu’en Sibérie. L’huile essentielle de pin sylvestre est un puissant antiseptique respiratoire, actif contre la bronchite. Tonifiante et stimulante, elle est décongestionnante (système lymphatique) grâce à ses proanthocyanidols et elle est cortison-like.

• N-ACÉTYL-L-CYSTÉINE La N-acétylcystéine (NAC) est un dérivé de l’acide aminé soufré : la cystéine. La cystéine contribue à la synthèse du glutathion un puissant antioxydant et détoxifiant. Le glutathion est reconnu pour apporter les éléments nutritifs aux cellules du système immunitaire en particulier les lymphocytes et les phagocytes. N-acétyl-cystéine clive des liaisons (ponts) disulfures en les convertissant en deux groupes sulfhydriles. Cette action se traduit par l’éclatement des mucoprotéines présentes dans le mucus. Le NAC réduit ainsi la longueur des chaînes de mucus et amincit la muqueuse respiratoire. Ce qui permet une amélioration des symptômes de la sinusite.

• L’EXTRAIT DE PÉPINS DE PAMPLEMOUSSE Les pépins de pamplemousse renferment des bioflavonoïdes. D’après une étude in vitro, les composants des pépins de pamplemousse ont une action sur le développement de micro-organismes. Ils les inhibent, ce qui donne un pouvoir antibactérien au pamplemousse. Ces composants empêchent également le développement fongique. L’extrait de pépins de pamplemousse a un large spectre d’action. Il a une action sur environ 800 colonies de bactéries et de virus, sur une centaine de colonies de champignons et sur un grand nombre de parasites unicellulaires. Plusieurs études ont démontré que les flavonoïdes des agrumes avaient des propriétés anti-inflammatoires. Ils inhiberaient la synthèse et l’activité de médiateurs impliqués dans l’inflammation (dérivés de l’acide arachidonique, prostaglandines E2, F2 et thromboxanes A2).
Ce produit n’est pas un médicament mais un complément alimentaire avec sucre et édulcorant à base de plantes, de magnésium, de quercétine et de N-acétyl-L-cystéine.

• L’EXTRAIT DE RADIS NOIR Le radis noir contient de fortes quantités d’isothiocyanates – des composés présents dans la moutarde- ainsi que des glucosinolates, des composés organiques que l’on retrouve également dans la moutarde. Les isothiocyanates possèdent à des doses normales des propriétés antibactériennes et/ou insecticides, alors que les glucosinolates ont des propriétés antifongiques, antibactériennes. En parallèle d’un traitement local, les médecins phytothérapeutes conseillent de soutenir la vésicule biliaire, car son bon fonctionnement semble corréler avec celui des sinus. À cet effet, on peut avoir recours à des plantes comme le chardon-Marie, l’artichaut ou la gentiane sous forme de teintures mères. Pour le même effet, le docteur JeanChristophe Charrié, médecin et enseignant, conseille le radis noir. Donc, les personnes sensibles aux sinusites ou souffrant de sinusites chroniques ont tout intérêt à consommer régulièrement du radis noir durant l’hiver.

• LE MAGNÉSIUM Le magnésium est un minéral essentiel au bon fonctionnement de l’organisme humain. Une carence en magnésium entraîne une déficience en oxyde nitrique, dont une des fonctions est de prévenir les infections dans les cavités du corps, parmi lesquelles les sinus.

• L’EXTRAIT DE SAULE BLANC Le Saule blanc ou Salix alba est un arbre qui peut mesurer jusqu’à 25 m de haut. L’utilisation de l’écorce de saule a traversé les siècles et les civilisations. En 1828, un pharmacien français du nom de Leroux isolait la salicine de l’écorce de saule, qu’il reconnut être la substance active principale de la plante. L’organisme transforme la salicine et acide salicylique, qui a des propriétés analgésiques et antipyrétiques. Puis des scientifiques allemands purifient cette substance active, d’abord appelée salicyline, puis acide salicylique. Enfin, vers la toute fin du XIXe siècle, un chimiste allemand du nom de Hoffman, travaillant chez Bayer, réussit à synthétiser de l’acide acétylsalicylique à partir d’une spirée (Spiraea ulmaria), d’où le nom Aspirine®. L’acide acétylsalicylique agit plus rapidement que l’écorce de saule, mais son effet est moins prolongé et il cause des effets indésirables (irritation de la muqueuse de l’estomac et inhibition de la coagulation) que la plante ne provoque pas. Lorsque la salicine entre dans l’organisme, elle est métabolisée et forme ainsi de l’acide salicylique qui possède des propriétés antiinflammatoires. Les effets thérapeutiques de l’acide salicylique proviennent de sa capacité à inhiber la synthèse des prostaglandines et de leurs dérivés. Cette inhibition a pour origine le blocage des cyclooxygénases (COX1 et COX2). Cependant l’acide salicylique inhibe de façon réversible ces deux enzymes. En empêchant la production de prostaglandines, l’acide salicylique a des effets antalgiques, antiinflammatoires, et antipyrétiques.

• LA QUERCÉTINE Un grand nombre de preuves indiquent que la quercétine possède de puissantes propriétés antioxydantes. La quercétine est indiquée dans toutes les situations inflammatoires
parce qu’elle inhibe la formation des médiateurs de l’inflammation : les prostaglandines et les leucotriènes, en même temps que la libération de l’histamine. La quercétine agit comme un antihistaminique. Même à faible niveau, la quercétine, à la différence de la plupart des substances antiallergiques, inhibe fortement et efficacement la libération de l’histamine au premier et au second stade de sa libération par les basophiles. Dans une étude japonaise sur des mastocytes provenant du mucus nasal de sujets atteints d’une rhinite per annuelle, la quercétine inhibait significativement la libération de l’histamine. INFORMATIONS NUTRITIONNELLES

CONSEILS D’UTILISATION

• Adultes : 1 sachet, 3 fois par jour.

• Enfants à partir de 3 ans : 1 sachet, 1 à 2 fois par jour. Diluer 1 sachet dans une quantité suffisante d’eau ou de jus de fruits.

PRÉCAUTIONS D’EMPLOI

Se conformer aux conseils d’utilisation.

Tenir hors de portée des jeunes enfants.

Ne pas utiliser en cas de grossesse (Andrographis).

A utiliser dans le cadre d’une alimentation diversifiée et d’un mode de vie sain.

A conserver dans un endroit à l’abri de la chaleur, de l’humidité et de la lumière.

Déconseillé aux femmes enceintes ou allaitantes, aux personnes souffrant d’allergie aux dérivés salicylés (Saule blanc).

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté :

30 autres produits dans la même catégorie :